Image
Image
bandeau tablettes cunéiformes
C’est en 1912 que 380 documents cunéiformes ont été acquis sur le marché des antiquités en Égypte, sans doute par Carl Frank lui-même qui allait assurer la première publication d’une cinquantaine d’entre elles. Cet ensemble forme le socle de la collection de la Bnu, collection qui est la plus importante de France par le nombre de documents.

Nikolaus Schneider, du Luxembourg, a publié 304 tablettes dans l’ouvrage intitulé Die Drehem- und Djoha- Urkunden der Strassburger Universitäts- und Landesbibliothek (= Analecta Orientalia 1; Rome: Pontificio Istituto biblico, 1931). Y figure le corpus des textes datant de la troisième dynastie d’Ur.

Cette collection de la Bnu a retenu l’attention du professeur E. Laroche, lorsqu’il enseignait à l’Université de Strasbourg. Il en a établi un catalogue et a fait en sorte qu’elle soit abordée à nouveau par les chercheurs dans le but d’en compléter l’exploitation.
C’est ainsi que Dominique Charpin et Jean-Marie Durand ont republié la quasi-totalité de ce corpus, sous le titre Documents cunéiformes de Strasbourg (= Recherches sur les grandes civilisations 4; Paris: A.D.P.F., 1981), dans le but de le rendre à nouveau accessible, d’en compléter et d’en améliorer la publication scientifique.

Seul le premier tome de ce travail (sur les deux annoncés) a paru à ce jour. Ce travail reprend également les travaux d’autographie et d’édition de Schneider et ceux de Francis Joannès, “Textes néo-babyloniens de Strasbourg”, parus dans Revue d’assyriologie 74 (1980) 145-169. Une parution très récente s'ajoute à cette bibliographie : Anne-Caroline Rendu-Loisel : "le prêtre incantateur est-il un scribe raté ?", dans Parcours anthropologiques n° 13, 2018 p. 94-109

Vie de la collection

La collection est conservée au sein des fonds papyrologiques et égyptologiques de la Bnu et se consulte dans les mêmes conditions que les fonds de papyrus ou de monnaies (sur rendez-vous avec un conservateur). Une sélection de pièces particulièrement intéressantes est exposée dans les réserves visitables de la Bnu, visibles lors de visites guidées proposées régulièrement.

Ces aspects en font une collection particulièrement représentative des civilisations de l’Orient ancien. Ces documents ne sont pas encore visibles dans Numistral, mais sont accessibles via le site de la Cuneiform Digital Librabry Intiative

 

D. Bornemann
Conservateur, responsable des Réserves